Mon inspiration : les plus grands chanteurs d'opéra

Poursuite des masterclasses en ligne de Lisette Oropesa du 25 au 31 mai 2020 

Lisette Oropesa poursuit ses incroyables masterclasses en ligne. On y écoute aussi bien les conseils avisés qu'elle donne à de jeunes chanteurs dans un répertoire très varié que de véritables cours magistraux sur les éléments techniques et stylistiques du bel canto ou du répertoire mozartien. Des heures d'exemples vocaux et de conseils infiniment précieux pour la très modique somme de 50$.

Un régal que d'écouter une femme qui associe une technique vocale sans faille à une générosité et un naturel confondants. Il paraît que même Thomas Hampson et Kiri Te Kanawa suivent ses masterclasses !

Toutes les informations sont sur son site :

https://lisetteoropesa.com/

Juan Diego Flórez, ténor belcantiste, interprétant une chanson populaire 

J'ai un faible pour les chanteurs d'opéra capables d'interpréter avec aisance plusieurs styles de musique, et en particulier, de naviguer avec bonheur entre la musique populaire et la musique savante.

C'est le cas de Juan Diego Flórez, ténor léger à la technique vocale irréprochable, fils de Ruben Flórez, chanteur de musique traditionnelle péruvienne, qui apparaît souvent une guitare à la main dans les plus grandes salles d'opéra pour chanter en bis une chanson latino-américaine.

Un peu cabotin, il tient ici pendant une éternité une note en voix de tête pianissimo, tout en nous offrant par ailleurs dans cette chanson une magnifique palette vocale :

"Cucurrucucú Paloma" de Tomás Méndez.

Masterclasses en ligne de Lisette Oropesa 

L'excellente cantatrice américaine Lisette Oropesa, récemment à l'affiche à l'opéra Bastille dans le rôle de Rosine, propose du 16 au 23 mai 2020 des masterclasses en ligne.

Lisette Oropesa, généreuse, naturelle, enthousiaste, d'une gentillesse extrême, y guide avec une précision d'orfèvre de jeunes pépites, parmi lesquels se trouvent à n'en pas douter de futures gloires internationales, tout ceci dans une ambiance studieuse et bon enfant. Un régal !

Au programme :

Samedi 16 mai 16h-18h Baroque/Anglais 

Dimanche 17 mai 17h30-19h30 Mozart I 

Lundi 18 mai 19h-21h Bel Canto I 

Mardi 19 mai 20h30-22h30 Répertoire varié 

Mercredi 20 mai 22h-00h Mélodie 

Jeudi 21 mai 23h30-1h30 Verdi/Puccini 

Samedi 23 mai 1h-3h Mozart II 

Dimanche 24 mai 2h30-4h30 Bel canto II

Plus d'infos sur le site de Lisette Oropesa.

Jane Berbié invitée des grands entretiens de France Musique 

À redécouvrir en podcast si vous ne l'avez pas déjà écoutée : Jane Berbié, mezzo-soprano colorature (type de voix aussi appelée "Dugazon", en référence à la cantatrice du XIXe siècle du même nom) :

Les grands entretiens : Jane Berbié 1/5

Les grands entretiens : Jane Berbié 2/5

Les grands entretiens : Jane Berbié 3/5

Les grands entretiens : Jane Berbié 4/5

Les grands entretiens : Jane Berbié 5/5

C'est un délice d'entendre cette brillante cantatrice à la voix parlée chantante, claire et douce, évoquer avec la plus grande simplicité et la plus grand humilité son parcours de musicienne, de chanteuse et de professeur. Une grande dame.

Master class 2014 de Thomas Hampson 

On appréciera ici le magnifique baryton Thomas Hampson, dans une approche très corporelle, et donnant des conseils qui peuvent paraître simple au jeune baryton chinois Xiaoming Tian : toujours bien comprendre ce que l'on chante, même dans une langue étrangère, ne pas pousser le son, toujours baser sa production vocale sur un son timbré mais doux, que l'on enrichit ensuite en harmoniques.

Il explique par ailleurs qu'il faut distinguer la perception que l'on a de sa propre voix, et la façon dont elle porte réellement, une voix focalisée étant beaucoup plus efficace qu'une voix trop large. Plein d'humour, il cite (en la caricaturant) la soprano wagnérienne Birgit Nilsson (d'une grande puissance vocale) qui disait avoir la sensation que le son produit par sa voix était comme un point de la taille d'une tête d'épingle sur son front.

Concernant la respiration, il n'y a pas de règle figée : la respiration est toujours l'anticipation de la phrase qui suit, et dépend de celle-ci. Elle se fait conjointement par le nez et la bouche.

Beaucoup de conseils de technique vocale, donc, toujours dans la gentillesse et la bonne humeur. On sent l'homme passionné.

Lisette Oropesa répond aux questions des internautes, vidéo 1/4 

Dans cette série en quatre épisodes, la magnifique soprano colorature américaine Lisette Oropesa (actuellement à l'affiche de l'opéra Bastille dans le rôle de Rosina dans le Barbier de Séville de Rossini) répond avec une très grande simplicité aux questions des internautes. 

Cette première vidéo, consacrée à la technique vocale, aborde les thèmes suivants :

Le souffle et le soutien

La fatigue

Les vocalises

La préparation d'un role

La pratique vocale

Le phrasé et l'interprétation

Le passage

L'extension vocale

La largeur de voix

Chanter pianissimo

Le placement de la langue

Le vibrato

A regarder sans modération !

Joyce Didonato expose sa notion du souffle 

Derrière le pseudo YouTube "TheYankeediva" se cache la grande mezzo-soprano américaine Joyce Didonato. Elle publie sous ce pseudo quantité de petites vidéos, parfois relatives à ses concerts, mais également en réponse aux nombreux fans qui l'interrogent sur une multitude de sujets.

Elle répond ici à la question suivante "Can you make a blog on breath support?"

Les points à retenir :

- la notion de soutien peut entraîner des crispations dans le larynx : il vaut mieux penser au souffle en terme de libération.

- les voyelles doivent être clairement définies pour que le souffle fonctionne.

- le souffle doit être connecté aux émotions.

On en profitera pour constater ici que, contrairement à ce que laisse entendre son pseudo, Joyce Didonato est tout sauf une diva. L'extrême humilité avec laquelle elle s'exprime sur un sujet qu'elle maîtrise parfaitement est stupéfiante.

Ian Bostridge, ténor 

J'invite tous mes élèves, et en particulier mes élèves ténors, à découvrir ou redécouvrir Ian Bostridge, qui interprète le Voyage d'hiver de Schubert dans un magnifique don de soi. S'affranchissant des conventions posturales du récital, le ténor anglais habite le texte de tout son corps. Sublime :

Il est intéressant de comparer cette prestation avec une autre, beaucoup plus ancienne, où Ian Bostridge, avec la même voix claire mais pas l'abandon qu'il a acquis avec la maturité, ne sait que faire de ses mains :

On en profitera pour savourer Emma Kirkby dans son répertoire de prédilection.

Pretty Yende, nouveau diamant de l'opéra 

Une magnifique chanteuse sud-africaine récemment à l'affiche du palais Garnier dans le rôle titre de La Traviata : Pretty Yende.

Qualifiée de "nouveau diamant de l'opéra" par Radio France, cette chanteuse à la technique vocale irréprochable (excellente projection dans les forte, des pianissimi évoquant Montserrat Caballé, une très grande aisance dans les airs rapides) incarne chacun de ses rôles avec la plus grande sincérité, déclenchant partout des standing ovations. Pretty Yende rayonne aussi bien dans les passages d'agilité (cf. extrait du Barbier de Séville, air de la folie de Lucia di Lammermoor) que dans les passages plus intérieurs (Addio del Passato, extrait de La Traviata).

Un vrai diamant, à tous points de vue.

Cyrille Dubois, révélation lyrique aux victoires de la musique classique 2015 

J'invite mes élèves ténors à découvrir Cyrille Dubois, ténor léger, révélation lyrique aux victoires de la musique classique 2015 : une voix agile, légère. Pour tous ceux qui douteraient de mes conseils quant à l'ouverture de la mâchoire (déconnectée de l'ouverture des lèvres), Cyrille Dubois est un exemple. Pour la posture, un peu moins, car il est souvent un peu penché en avant, mais n'étant pas ténor verdien, il peut se le permettre. 

Bonne écoute !

Karine Deshayes : sortie d'un nouveau CD 

Karine Deshayes fait actuellement la promotion de son nouveau CD : Les fables de La Fontaine mises en musique par Offenbach que je compte bien me procurer rapidement. Si l'un ou l'une de mes élèves possède déjà ce CD, son avis et ses commentaires sont les bienvenus.

Cela m'a donné envie de visionner l'une de ses prestations, et je suis tombée sur son interprétation de La reine de Saba, de Gounod, en version concert aux victoires de la musique classique 2016.

Une fois abstraction faite des mouvements de caméra qui donnent un peu le tournis, cette vidéo est intéressante à bien des égards. La présence de Karine Deshayes dans l'immobilité absolument remarquable. La posture est parfaite, le visage est expressif, aucun mouvement inutile des bras ou des mains (quelques mouvements imperceptibles des doigts visibles à cause du gros plan de la caméra : invisibles du public en concert). Les coudes sont à distance des flans, afin de libérer la respiration. Et évidemment, la voix. Que dire ? Magnifique !

Interview de Willard white (en anglais) 

Dans cette vidéo, le grand Willard White s'exprime en toute simplicité sur son parcours, sur la façon dont il se met en condition pour donner le meilleur de lui-même sur scène. Quelques extraits d'opéra, en prime. Mais rien ne vaut de le voir sur scène. Sa voix passe l'orchestre avec une apparence de facilité déconcertante.

https://youtu.be/o-lJEjmqyG0

Jonas Kaufmann en enregistrement (duo de Verdi : "La Fatal Pietra") avec Anja Harteros 

Qui n'est pas subjugué par Jonas Kaufmann ? Par son impressionnante palette vocale ? Une fois de plus, dans l'enregistrement ci-dessous, il en fait la démonstration : 

Verdi's Aida: Anja Harteros & Jonas Kaufmann duet 'La Fatal Pietra'

À écouter en particulier, le sublime et fantomatique "Aida" à 1:28.

On pourrait penser qu'avec un tel niveau, l'immense ténor ne se soucie plus de technique vocale. Pourtant, si l'on regarde attentivement la main droite du chanteur, on remarque que tout au long de l'enregistrement, celui-ci a un ou deux doigts posés délicatement à l'avant de l'oreille, juste à l'endroit où l'on sent le condyle bouger lorsque l'on ouvre la mâchoire. Tout porte à croire qu'il contrôle ainsi l'ouverture de sa mâchoire, probablement pour éviter une ouverture trop petite, qui entraverait sa production vocale.

Même à son niveau, Jonas Kaufmann n'en a donc pas fini avec la technique vocale. De quoi rassurer toutes celles et ceux qui se sentent loin du compte en la matière.

Diana Damrau en séance d'enregistrement (Mozart)  

Observer la sublime Diana Damrau en séance d'enregistrement, sans contrainte visuelle ni de mise en scène, constitue en soi un véritable cours de technique vocale et d'interprétation musicale :

https://youtu.be/lJJW0dE5GF0

Dans le plan rapproché du début de la vidéo, observons les muscles mis en oeuvre pour la production vocale : les ailes du nez relevées, les pommettes actives, la position des lèvres : en "cul de poule" dans les médiums et les graves, puis plus souples dans l'aigu, tout en restant actives. L'ouverture de mâchoire : très grande dans l'aigu, et toujours très rapide : l'ouverture est instantanée dès lors que la tessiture le requiert. 

Sur le second plan, à 0:50, il est intéressant de noter que cette grande dame du chant dessine la ligne mélodique de sa main et de son bras gauche, en même temps que sa main droite, puis ses deux mains, viennent s'appuyer sur le diaphragme pour s'assurer du soutien diaphragmatique. Libre de ses mouvements, cette diva n'est nullement figée : elle bouge, le corps est actif dans son intégralité.

À 1:41, sur le fameux air de la Reine de la nuit, il est intéressant d'observer la posture, un peu surprenante : le front penché en avant. On pourrait penser que cela coince les aigus : absolument pas ! (c'est le menton en avant qui bloque la voix : ici le menton est bien en arrière). On peut également observer que le buste est plus bas lors des suraigus : signe d'un fléchissement des genoux permettant une légère bascule du bassin pour une ouverture diaphragmatique optimale.

Très important : à 2:26, après l'effort intense demandé par ces vocalises, Diana Damrau rejette totalement la tête en arrière, dans un moment parfaitement inverse à celui qu'elle vient d'exécuter lors de son chant, pour détendre les muscles sollicités.

Dans la suite de la vidéo, les mains et bras ne sont que partiellement visibles, mais l'on peut tout de même voir à quel point ils ponctuent le chant : mouvements secs et verticaux allant de pair avec la fureur contenue dans la musique.

Que dire de plus ! Magnifique, sublime ! Vive Diana Damrau !

Joyce DiDonato : interview et séance d'enregistrement 

Je ne peux que recommander à mes élèves, en particulier les mezzo-sopranos (pour la tessiture), de prendre exemple sur la magnifique Joyce DiDonato.

https://youtu.be/Y3AQjjwSBtg

En séance d'enregistrement, sans contrainte visuelle ou de mise en scène, il est intéressant d'observer la posture et la liberté gestuelle, la souplesse corporelle conjuguée à un impeccable port de tête, l'ensemble étant uniquement au service de la musique.